les archers du moyen âge

Au Moyen Age, l'arc sert principalement d'arme de guerre. 

Les archers demeurent très utiles et déterminants pour les sièges et batailles. 

Les armées du roi d'Angleterre comptaient un grand nombre d’archers, lors des guerres du XIIIème et XIVème siècles, contre les Ecossais, puis pendant les batailles de la Guerre de Cent Ans (1337-1453) contre les Français. 

A cette époque, les archers pouvaient former jusqu’à un tiers de l'armée du roi.  

Les Gallois, archers très redoutés, pouvaient tirer jusqu'à huit fois en une minute. La vitesse et la précision de leurs tirs firent bien des ravages dans la chevalerie française, leurs flèches pouvaient percer une armure à moins de cent mètres.  

Le roi d'Angleterre encouragea la pratique de l'arc dans les campagnes de son royaume afin de compter sur des archers toujours plus nombreux et mieux entraînés, tandis que les seigneurs français du Moyen Age n'étaient pas favorables à l'établissement de compagnies d'archers.

L'ARCHER AU MOYEN-AGE

L'archer était généralement vêtu légèrement pour se déplacer rapidement à pied. Outre son arc, il possédait un carquois pour loger ses flèches et une arme auxiliaire (épée, couteau) utilisée au corps à corps. Archer 2

 

 L'archer anglais reconnaissable à sa croix de Saint-Georges rouge sur la pèlerine passée sur une cotte de cuir, est armé du redoutable "long bow" en bois d'if qui sema la panique dans les rangs de la chevalerie française lors des batailles de la Guerre de Cent Ans. Archers 1

 

 

 

 

 

 

 

LES ARCS DU MOYEN-AGE

 

Le petit arc, assez maniable et facile à fabriquer, mesurait entre 90 cm et 1 mètre 20 de long. C'était le type le plus largement répandu et sa portée, sa puissance et sa précision étaient assez moyennes. Un emploi véritablement efficace exigeait une expérience et un entraînement non négligeables.

 

LArcs1'arc composite, d'origine asiatique, était fait de baguettes de bois ou d'os qui étaient liées entre elles. Ce système de lames superposées conférait une force supplémentaire à l'arc, mais en contrepartie, celui-ci exigeait une force et un entraînement plus importants qu'un arc courant. D'assez petite taille, ce type d'arc était l'arme favorite des archers de la cavalerie, et tout particulièrement des Mongols et des autres peuples cavaliers d'Asie. 

 Le grand arc, ou long bow est né au Pays de Galles et s'est largement répandu en Angleterre. Il s'agissait d'une arme d'une seule pièce de bois, le plus souvent du bois d'if, qui pouvait mesurer jusqu'à 1 mètre 80, et pouvant atteindre des puissance de 100 à 120 livres. Le grand arc expédiait des flèches longues de presque un mètre. Ces projectiles possédaient une pointe large lorsqu'ils étaient utilisés contre l'infanterie (il fallait transpercer et déchirer des armures de cuir) et une tête étroite lorsqu'ils visaient des combattants en armure (il fallait dans ce cas transpercer la cotte de mailles ou le métal des armures). Il fallait, pour manier le grand arc, un entraînement et une pratique de longue haleine et les hommes les plus habiles à cet exercice pouvaient tirer six fois à la cible à la minute. Le grand arc était une arme à longue portée.

 

 

LES POINTES ET ENCOCHES

A. Julbah permettant de tirer une flèche sans encoche 

B. Talon de flèche maintenu sur la corde par une boucle de cordelette

C. Encoche à lame coupante

D. Flèche à encoche coupante lancée au moyen d'un julbah

 

 

 

 

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site